Membresup.com

La préhension retrouvée

  • CatalanCatal-ca_ES
  • English (UK)
  • Français (FR)

Malformation congénitales de la main

1. Les malformations congénitales de la main sont rares (environ 2/1000 naissances) mais trés variables dans leur expression.
Le diagnostic échographique anténatal est possible dans certains cas (agénésies, polydactylies) posant le problème d’une interruption de grossesse. Un avis spécialisée (généticien, pédiatre, chirurgien) est alors indispensable afin d’être informé sur la malformation (photo ci dessous) 
leger001tw ses conséquences (fonctionnelles et esthéthiques), ses possibilités thérapeuthiques 


Bien souvent le diagnostic est fait à la naissance. Un bilan général à la recherche de malformations associées s’impose, une consultation auprés d’un chirurgien de la main et d’un généticien également.
La rééducation précoce et l’appareillage joue un rôle essentiel dans certaines malformations.


2. L’âge d’une éventuelle correction chirurgicale  est trés variable selon les malformations et tient compte:

  • des risques inhérents à la malformation
  • du potentiel de croissance avec selon les cas aggravataion ou amélioration (par exemple certaines syndactylies comportent un risque de désaxation digitale qui impose une intervention précoce vers le 6° mois)
  • de l’acquisition du schéma moteur (par exemple les prises pollici-digitales sont acquises aux alentours du 8°mois, la chirurgie du pouce doit si possible être faite avant sous peine  de développer les prises interdigitales).
  • des impératifs techniques (appréciation du squelette difficile avant 6 mois, difficulté chirurgicale et anesthésique plus grande).

Dans certains cas, les possibilités d’appareillage à but esthétique doivent être présentes à l’esprit.


3. Nous ne pourrons que citer quelques exemples afin d’illustrer les possibilités thérapeutiques actuelles

  • Anomalies de nombre

                  a. doigts surnuméraires ou polydactylie. L’intervention est habituellement pratiquée vers l’âge de 1 an
                  b. duplication du pouce leger003twa

 

  • Anomalie de longueur et de taille
  a.aplasie digitale - aplasie et agénésie du pouce, triphalangie. Dans les aplasies du pouce se discutent pollicisation et transfert microchirurgicaux d’orteil effectués à partir de la 2° année,   pour des raisons techniques (photos ci dessous)
  leger012w2 leger011w leger005tw leger004tw
  b. aplasie centrale    
  c. maladie des brides amniotiques (2, 6). Certaines brides compressives doivent être opérées de façon trés précoces. Le traitement repose sur des gestes cutanés (plastie en Z photos ci dessous) et osseux
    leger002tw leger006tw  
   d. macrodactylie (photos ci dessous)
    leger0a10wnb leger013 w  
  • Déviation
  a. clinodactylie. Phalange delta opéré vers 4 ans
  b. camptodactylie (photo ci dessous). Rééducation et appareillage précoce s’imposent. Au delà de 4 ans dans les formes sévères et résistantes une intervention se discute
    leger001tw  
  c. pouce flexus adductus. Rééducation et appareillage précoce s’imposent.
  d. main botte.
  •  Défaut de séparation= syndactylie (photos ci-dessous)
leger007w leger008w leger009w
  • Pouce à ressaut congénital. La rééducation précoce est la règle. En l’absence d’amélioration une intervention est proposée au delà d’un an.
Les 5 règles d’or de l’opéré de la main  

1. Garder la main plus haute que le coude, durant la 1ère journée qui suit l’intervention.

 

Couché en enlevant l’écharpe et en mettant la main sur un oreiller posé à vos côtés.   Lorsque vous êtes debout, garder la main en écharpe.
COUSSIN NOCTURNE   ECHARPE

2. Prendre vos calmants, comme indiqué sur l’ordonnance, n’attendez pas le retour de la douleur.

3. Bouger votre membre supérieur. Tout ce qui n’est pas immobilisé par une atelle doit bouger, car l’absence de mobilisation précoce peut compromettre votre résultat. Cette mobilisation est toujours difficile car douloureuse les premiers jours, mais elle est INDISPENSABLE, les calmants vous aideront à passer ce cap.
Au niveau de la main effectuer les exercices suivants toutes les 3 heures, éventuellement en vous aidant avec l’autre main:

MOUVEMENTS 1 extension, 2 griffe, 3 flexion,4 flexion pulpes paume

4. Eviter le froid. Garder votre main au chaud (gant++) car durant 2 à 3 hivers vous allez garder une sensibilité au froid, inévitable même après un traumatisme mineur.

5. Rester au sec. Ne mouillez pas votre pansement car cela risque de produire une macération empêchant la cicatrisation et pouvant entraîner une infection. Si cela arrive accidentellement, faites le changer par votre infirmière en utilisant les mêmes produits et dans la même position d’immobilisation.

En cas de problème, contactez l’équipe chirurgicale ou votre médecin traitant.

 

1. Il s’agit de petites tuméfactions, toujours bénignes, qui siègent autour de la dernière articulation des doigts ( celle qui est près de l’ongle). Elles sont parfois remplies d’un liquide clair. D’origine articulaires, ces tumeurs accompagnent les articulations arthrosiques ou qui vont le devenir. Elles envahissent la peau qui les recouvre et peuvent se rompre spontanément (fistulisation) et alors s’infecter entraînant une infection de l’articulation et parfois de l’os (ostéoarthrite). Lorsqu’elles compriment la matrice de l’ongle elles peuvent entraîner une déformation qui ne disparaîtra pas toujours après le traitement.

2. Pour les petits kystes récents, sans déformation de l’ongle, une simple surveillance est possible. Les ponctions peuvent fragiliser la peau et comportent un risque d’infection. Les kystes volumineux, fistulisés ou accompagnés d’une déformation de l’ongle sont traités chirurgicalement. Le kyste et la peau qui le recouvre, sont enlevés et remplacés par une greffe de peau. On enlève souvent les saillies osseuses. En cas, d’arthrose majeure et douloureuse accompagnant un kyste, un blocage de l’articulation (arthrodèse) peut être nécessaire car l’excision isolée du kyste ne suffit pas à éliminer les douleurs. Ce blocage a peu de conséquences fonctionnelles. Le ramassage des petits objets (épingles) est la principale difficultés rencontrée après une arthrodèse. Cette intervention est le plus souvent effectuée sous anesthésie locale sans hospitalisation.

3. Les complications restent rare, si l’intervention est réalisée par un chirurgien entraîné.

kyste mucoide
  • La plus fréquente est la récidive du kyste. L’utilisation d’une greffe pour couvrir la zone du kyste diminue sensiblement le taux de récidive postopératoire. Les difficultés de cicatrisation, voire la mort de la greffe (nécrose) sont rares.
  • Le fait de fumer semble favoriser ces complications.
  • L’infection locale est un risque surtout les kystes qui se sont déjà percés ou qui ont eu de nombreux traitement locaux. La prise d’antibiotiques est parfois nécessaire pour les éviter.
  • L’enraidissement de l’articulation est plus le fait de l’arthrose que de l’opération, de même que les douleurs de la région opérée; néanmoins comme pour tous les tissus, la cicatrice sera épaisse, rouge et parfois pendant plusieurs semaines voire mois.
  • Une main gonflée, douloureuse, avec transpiration puis raideur évoque une algodystrophie.

Les traumatismes de la main restent fréquents. Il s'agit de lésions toujours potentiellement graves qui nécessitent une prise en charge rapide en milieu spécialisé afin de minimiser les séquelles. Notre centre de chirurgie de la main basé à Biarritz, agréé par la Fédération Européenne des Services Urgences Main (FESUM) se tient à votre disposition 24 heures sur 24, 365 jours par an pour le sud-ouest de la France.

Tous les tissus de la main (os, articulations, tendons, muscles, nerfs, vaisseaux, peau, ongle) sont susceptibles d'être lésés. Nous vous invitons à vous rendre sur notre site internet dédié aux traumatismes de la main afin d'obtenir toute information utile.

 

En pratique que faire?

Il faut dans tous les cas:

  1. Désinfecter la plaie avec un antiseptique non coloré
  2. Faire un pansement compressif en cas de saignement, évitant la pose d’un garrot, toujours dangereux
  3. Laisser le blessé A JEUN, ne pas lui donner à boire ou à manger
  4. Appeler votre médecin, ou le S.A.M.U en composant le 15 et pour le Sud-Ouest composer directement le 05 59 59 00 00 pour contacter directement le chirurgien de garde urgence main;

 

En cas de section totale d’un segment de membre, par exemple un doigt, il faut en plus;

  1. Si possible, récupérer le fragment amputé,
  2. Le désinfecter en appliquant un antiseptique non coloré à l’aide de compresses,
  3. L’entourer de compresses et le mettre dans un sac plastique étanche (par exemple un sac de congélation fermé par un noeud bien serré) que l’on dispose au contact de glace.

 

 

De quervain

1. Il s’agit d’une inflammation de la gaine entourant les tendons du long abducteur et du court extenseur du pouce (ténosynovite) qui cheminent tous deux dans le même tunnel fibreux, au bord externe du poignet, au contact du radius. L’irritation débute souvent à l’occasion d’un changement d’activité, d’un choc ou d’une utilisation inhabituelle. Elle s’entretient ensuite par les frottements des tendons qui deviennent nodulaires et augmentent de volume dans leur gaine qui est inextensible.

de quervain2

de quervain

2. L’affection se traduit par une douleur souvent très vive, au bord externe du poignet, exacerbée par les mouvements du pouce. Un nodule douloureux, visible et palpable, formé par l’épaississements des fibres du tunnel et du tissu qui recouvre les tendons, peut exister. Les infiltrations locales de cortisone, les anti-inflammatoires et les attelles d’immobilisation (orthèses) ont souvent un effet favorable mais parfois passager. En cas de persistance des douleurs et d’aggravation de la gêne fonctionnelle, il est raisonnable d’opérer.

Test de Finkelstein

de quervain

3. L’intervention est faite le plus souvent sous anesthésie locale, en chirurgie ambulatoire (1jour). Elle consiste, par une petite incision, à ouvrir la gaine qui forme un véritable tunnel. L’agrandir permet de réduire les frottements entre les tendons et la gaine, source de douleurs. Les tendons retrouvent ensuite spontanément leur calibre normal. L’activité manuelle est autorisée précocement sans restriction particulière, bien souvent après le port d’une orthèse quelques jours, mais il faudra éviter de mouiller la main avant 8/10 jours. La rééducation est facultative.

 

Vue opératoire

4.Les complications restent rares si l’intervention est réalisée par un chirurgien entraîné:

  • l’infection est rare.
  • une cicatrice sensible, des fourmillements au dos de la main ou des doigts sont possibles et peuvent persister parfois longtemps.
  • une main gonflée, douloureuse, avec une transpiration puis raideur évoque une algodystrophie.
Vous êtes ici : Accueil Pathologies Main